Quand les fleurs s'en mêlent

Ohayo minna :D !!! Daijobu ^^ ??? Et voici un nouvel OS écrit par mes soins (et que j'ai mis je sais pas combien de temps à écrire... inspiration, reviens!!!) :D bon, ok, il est assez long u_u donc ktn, si tu le lis, je suis déjà au courant x) par contre... je vais dire "semi-yaoi"... vous comprendrez pourquoi je pense ;)
Sur ce, bonne lecture :D
 
Le jeune évêque n'arrivait pas à croire ce qui se passait. Il avait beau se pincer et tout ce qui était possible pour se réveiller, rien à faire. Il finit par se résigner : il était bel et bien devenue une femme. Elle réfléchit alors comment une chose aussi incroyable aurait pu arriver. Peut-être quand elle avait approché la fleur qui pourtant, n'était pas là l'avant-veille... Il faudra qu'elle aille lui parler...
.
.Elle observa de nouveau sa nouvelle apparence : son visage était toujours le même (après tout, elle avait un visage très féminin à la base), ses cheveux lavande lui atteignait le haut des cuisses, sa taille s'était affinée mais elle avait gagné des formes très féminines.
.
« -Comment vais-je faire pour reprendre mon apparence normale, soupira-t-elle.
-Lab ? Est-ce que tout va bien ? »
.
Paniquée, Labrador se tourna vers la porte. Ses amis étaient venus voir si elle était dans sa chambre, ne la trouvant nul part ailleurs. Elle préféra ne rien répondre, espérant qu'ils repartiraient à sa recherche.
.
« -Il n'a pas l'air d'être ici. Qu'est-ce qu'on fait, demanda la voix derrière la porte.
-Je propose qu'on rentre en douce et qu'on en profite pour fouiller dans ses affaires, répondit une autre voix.
-Non mais et puis quoi encore, s'énerva la première voix. On ne t'a jamais appris à respecter la vie privée des autres ?!
-Et si je trouve une bonne raison pour entrer ?
-Comme quoi ?
-S'il faisait un malaise ? »
.
Un ange passa. Les deux hommes semblaient réfléchir. Quant à la jeune « femme », elle ne savait pas quoi faire. Jusqu'au moment où elle entendit le plus sérieux de ses amis répondre :
.
« -Enfonce la porte Frau.
-Non ! »
.
L'ange de tout à l'heure repassa. Dans la panique, la nouvelle jeune femme avait parlé pour les empêcher d'entrer. Puis, après un petit temps où tout le monde essaya de remettre les idées en ordre dans sa tête, Frau répliqua d'une voix moqueuse :
.
« -Si je m'attendais à ça ! Fallait le dire tout de suite Lab que tu ne voulais pas être dérangé parce que tu étais en bonne compagnie ! En tout cas, je suis fier de toi, tu n'imagines pas à quel point !
-Et on peut savoir pourquoi, demanda l'autre homme.
-Mais Castor, tu ne te rends pas compte que notre cher ami passe un cap important dans sa vie ! Nous devrions partir pour ne pas le déranger plus longtemps, reprit-il en tirant l'évêque à lunettes loin de la porte.
-Mais ce n'est pas ce que vous croyez, reprit la jeune femme, gênée par les paroles de son ami.
-Ne t'inquiète pas, on n'a rien entendu et on ne t'a toujours pas trouvé, ajouta l'évêque blond.
-Frau, tu vois bien que tes idées ne sont qu'une histoire créée par ton esprit pervers, s'énerva Castor.*
-Attendez ! Si je vous ouvre et que je vous explique la situation, vous me promettez de ne pas vous moquer ni d'en parler, proposa timidement Labrador.
-Nous ne ferions jamais ça, s'indigna Castor. Nous sommes des amis de Lab et s'il a un problème, nous serons toujours là pour l'aider ! N'est-ce pas Frau ?
-Bien sûr, répondit l'interpellé. Surtout si c'est parce qu'il a des difficultés pour avoir une relation...
-On t'a dit que ce n'était pas ça, hurla Castor en donnant un coup à Frau. Tu es vraiment stupide ma parole !
-Je vous laisse entrer mais arrêtez de vous disputer s'il vous plaît... »

En entendant la voix féminine parler, les deux jeunes hommes se turent. Labrador ouvrit la porte sans se montrer et demanda à ses amis de rentrer. De plus en plus intrigués, ils obéirent sans poser de question. Puis, quand ils virent la jeune femme refermer la porte, ils restèrent bouche bée. En effet, après que la jeune femme eut fermé la porte, elle s'était retournée vers eux, tête levée mais le regard fixé sur un coin de sa chambre, évitant ainsi de voir les réactions de ses amis. Ils avaient donc pu observer son visage et reconnurent les traits doux et fins de leur ami.

« -J'ai compris, se reprit alors Frau, sous les regards surpris de Castor et Labrador. Tu es la s½ur de Lab et tu es venue lui rendre une visite surprise !
-Ce n'est pas tout à fait ça, répondit la jeune femme.
-Qui êtes-vous alors, demanda alors Castor.
-C'est moi, Labrador, leur avoua la jeune femme après une hésitation. »

L'ange passa pour la troisième fois. Les deux évêques étaient bien trop surpris pour sortir n'importe quel mot.

« -C'est une blague, réussit à articuler Castor.
-Malheureusement non, soupira-t-elle. J'ignore ce qui c'est passé. Hier soir tout allait bien et ce matin, quand je me suis vue dans le miroir, j'avais changé d'apparence !
-Remarque, à part les cheveux longs, je ne vois pas vraiment de différence, lui déclara Frau.
-Imbécile ! lança le brun en lui affligeant un nouveau coup. Tu crois vraiment que ça va lui faire plaisir ou le rassurer ?!
-Mais tu vas arrêter de me frapper ?!
-Seulement si tu arrêtes de sortir des stupidités de ce genre ! Et je crois bien que ce n'est pas prêt d'arriver, ajouta l'évêque brun en se calmant et en relevant ses lunettes.
-Répète un peu pour voir !
-S'il vous plaît arrêtez, ajouta Labrador affolée. On risque de nous entendre !
-Tu as raison, l'approuva Castor. Par contre, il faut se rendre à l'évidence. Si on veut pouvoir faire des recherches pour comprendre ce qu'il t'est arrivée, il va falloir que les autres soient au courant.
-Pourquoi donc, demanda Frau. On cherche des infos, on aide Lab à redevenir un homme est le tour est joué ! Ni vu, ni connu !
-Sauf qu'on ne sait pas combien de temps ça va nous prendre. De plus, il faudra bien que Labrador sorte de sa chambre et je ne crois pas qu'il... qu'elle ne résistera pas à l'envie d'aller voir les fleurs. Je me trompe ?
-Non, admit la jeune fille, qui devint nostalgique en pensant à ses amis végétaux.
-D'autant plus que tout le monde risque de s'inquiéter, quel que soit l'excuse que l'on leur donnera. Et on ne devrait pas leur mentir, surtout sur un cas aussi... particulier... »

Les trois amis sortirent de la chambre et se rendirent dans le bureau du responsable de l'église pour lui expliquer la situation. Tous ceux qui les croisaient les regardèrent avec une grande surprise. En effet, Labrador, même si elle portait ses vêtements d'évêque, ils étaient devenus un peu larges pour elle et la jeune femme n'avait pas pu cacher ses cheveux longs. Elle gardait la tête baissée, trop gênée d'être le centre d'attention. Ses amis l'encourageaient silencieusement en lui jetant des coup d'½il régulièrement. Une fois dans le bureau du responsable de leur église, les trois évêques expliquèrent tant bien que mal la situation à leur interlocuteur qui avait quelques difficultés à comprendre et accepter ce qui se passait. L'archevêque fit réunir tous les évêques et les s½urs afin de les prévenir du « petit » problème de Labrador et de leur demander de se comporter comme à leurs habitudes. C'est ce que fit la plupart des religieux. Cependant, dès que les trois inséparables se rendirent dans le jardin pour inspecter et poser des questions aux fleurs, Libelle, Rosalie et Athéna se précipitèrent vers la nouvelle jeune femme et l'emmenèrent vers leurs quartiers afin de lui donner des vêtements qui correspondraient mieux à son nouveau physique. Les jeunes hommes restèrent à leur place sans bouger un muscle et attendirent le retour de leur amie. Au bout d'un moment, Athéna se dirigea vers Castor et Frau, un grand sourire aux lèvres. Elle se décala pour laisser les deux évêques découvrir Libelle et Rosalie qui tenaient chacune un bras de Labrador, qui était rouge de gêne. Les deux hommes en restèrent sans voix. En effet, bien que la robe des s½urs soit très simple, elle mettait en valeur le physique de la femme aux cheveux lavandes.

« -Elle a l'air de te plaire, murmura le blond à son ami à lunettes.
-Mais enfin, qu'est-ce que tu racontes, bégaya l'interpellé en rougissant. Arrête de dire des âneries !
-C'est ça, c'est ça... Fais-la à d'autres, tu veux ?
-Il y a un problème, demanda Labrador en se rapprochant de ses amis.
-Oh non, c'est juste que Castor... commença Frau avant de se prendre un coup par le dénommé.
-Absolument pas, je te rassure, reprit l'évêque brun. Et si nous allions voir la mystérieuse fleur dont tu parlais tout à l'heure, continua-t-il en regardant la jeune femme.
-Bien sûr. Elle est par ici, suivez-moi. »

Les trois inspecteurs amateurs se dirigèrent donc vers leur première suspecte : la fleur apparue de nulle part. Cependant, lorsqu'ils arrivèrent à destination, Labrador ne la retrouva pas. Elle la chercha dans tout le secteur, en vain. Elle s'était volatilisée.

« -Mais je ne comprends pas, fit-elle paniquée. Elle était ici même encore hier soir !
-Tu es sûre que tu ne t'es pas trompée d'endroit, proposa le blond.
-Non, je suis absolument certaine qu'elle était là !
-De toutes façons, cela ne nous coûte rien de chercher partout, affirma Castor. Allons voir autre
part. »

Alors, malgré les affirmations de leur amie, ils allèrent chercher la portée disparue dans tous les parterres de fleurs. Ne l'ayant toujours pas trouvée, ils retournèrent donc là où la jeune femme était persuadée d'avoir vu la fameuse fleur. Labrador questionna les fleurs qui se trouvaient près de celle qui s'était volatilisée. Elle fut entourée de fleurs et de leurs tiges, comme à chaque fois qu'elle discutait avec ses amies végétales. Les deux hommes se placèrent un peu à l'écart pour ne pas les déranger, la regardèrent et virent à un moment donné son visage se décomposer. Les fleurs se séparèrent de leur amie humaine qui restait bouchée face à l'explication des fleurs. Inquiets, Castor et Frau se rapprochèrent d'elle pour connaître la raison de son désarroi. Après s'être remise de son choc, Labrador leur expliqua :

« -C'est bien cette fleur qui a changé mon apparence, grâce à son pollen. Elle a disparu pendant la nuit, après que mon corps ait été complètement métamorphosé.
-Et elle n'a pas laissé de mode d'emploi pour te dire comment redevenir normal, demanda Frau.
-Non... et si ce qu'elle a dit aux autres fleurs est vrai, elle aurait été envoyé par Notre Seigneur pour justement me transformer en femme, ajouta la nouvelle s½ur, au bord du désespoir.
-C'est une blague, s'exclama Castor, aussi surpris que l'évêque blond. Mais pourquoi ferait-il une chose pareille ?!
-Je suis sûr que c'est parce qu'il trouvait trop féminin pour être un homme, dit Frau avec un grand sourire sur les lèvres. Du coup, il a voulu remettre les choses en ordre en te donnant un corps de très jolie jeune femme, termina-t-il avec un clin d'½il à la jeune femme avant de se faire frapper par Castor.
-Tu vas arrêter de dire des bêtises, s'énerva l'évêque à lunettes. La situation est loin d'être drôle pour Labrador !
-En fait, il n'a pas tout à fait tort, ajouta la jeune femme, sous les regards choqués de ses amis. En imaginant toujours que les paroles de la mystérieuse fleur sont vraies, j'aurais dû être à la base une femme mais il y a dû y avoir un problème puisque j'étais un homme. Notre Seigneur s'en est rendu compte alors Il a décidé « d'arranger » les choses... »

Frau explosa alors de rire pendant que Labrador baissait la tête, honteuse et gênée et que Castor la regardait d'un air déboussolé. Puis, une fois que Frau arrêta de rire, Castor demanda à la s½ur s'il n'existait pas de moyen de lui rendre son apparence masculine. Il reçut alors une réponse négative. Puis, après un long silence, les trois amis allèrent rejoindre les autres habitants de l'église pour prendre le repas du soir et comme s'en doutaient Frau et Castor, la jeune femme mangea à peine. Lorsque le jour tomba, tous retournèrent dans leur chambre pour se reposer. Cependant, à cause de la mésaventure de son amie, Castor n'arrivait pas à trouver le sommeil, d'abord parce qu'il était inquiet pour son amie mais aussi pour autre chose. En effet, depuis longtemps, l'évêque à lunettes nourrissait des sentiments pour Labrador mais n'avait jamais osé lui avoué, car il avait peur que ses sentiments ne soient pas partagés et à cause de leur situation : si un amour entre un évêque et une s½ur était accepté, celui entre deux évêques ou deux s½urs en revanche, l'était moins.

Après avoir essayé en vain de se reposer, le jeune évêque soupira et décida de se promener pour se changer les idées, ce qui eut exactement l'effet inverse que ce qu'il escomptait. En effet, alors qu'il marchait tranquillement dans le jardin de l'église, Castor vit Labrador. Il ne put s'empêcher de penser à quel point elle était belle sous les rayons de la lune et entourée de fleurs qui mettait sa douce beauté en valeur.

Sentant le regard de son ami sur elle, la jeune femme se tourna vers celui-ci, qui remarqua son regard triste et surpris. Tout en essayant alors de calmer les battements de son c½ur, Castor se rapprocha de son amie.

« -Tu ne dors pas Castor-san, lui demanda-t-elle.
-Toi non plus, lui fit remarquer l'évêque. Tu es bien trop préoccupée par cette histoire, n'est-ce pas ?
-... Oui. »

Ils restèrent un moment l'un près de l'autre en silence, ne sachant pas quoi dire. Même si Castor essayait de se focaliser sur le magnifique ciel étoilé décoré du magnifique astre lunaire, son regard se reposait toujours sur la jeune femme. Il retint un soupir quand il sursaute en entendant la voix de la jeune femme lui demander d'une voix timide et hésitante :

« -Castor-san, est-ce que... est-ce que notre relation ne changera pas ?
-Comment ça, répondit le jeune homme, sentant son c½ur accélérer la cadence.
-Je veux dire... malgré le fait que je sois une femme, tu resteras mon ami ?
-Évidemment ! Pourquoi te poses-tu une question pareille ? Même si tu as changé physiquement, tu restes toi et c'est tout ce qui compte !
-Même... même si je disais quelque chose qui risquerait de te gêner ?
-De me gêner ? Comment ça ?
-Je... non, rien. C'était idiot, je suis désolée de t'avoir dérangé avec ça.
-Mais enfin, de quoi parles-tu ? Tu m'inquiètes, tu sais, ajouta l'évêque en se rapprochant d'un pas. »

La jeune femme voulut reculer, mais les fleurs qui l'entouraient la retenait et avaient décidé d'entourer le jeune homme afin de les rapprocher physiquement. Cette action eut pour effet de faire rougir les deux amis, qui tentaient tant bien que mal de se détacher de l'emprise des végétaux tout en évitant soigneusement de croiser le regard de l'autre. Puis, voyant que cela ne servait à rien, ils arrêtèrent de bouger, scrutant tous les deux un point invisible.

« -Mais enfin, bégaya l'évêque, qu'est-ce qui leur prend ?! Pourquoi font-elles ça ?! Tu le
sais ?
-Peut... peut-être, répondit la jeune femme, qui était dans le même état que son ami.
-Pourquoi alors ?!
-P... parce que... je...
-Tu ?
-Je t'aime Castor-san ! s'exclama la jeune en fermant les yeux. »

Les fleurs s'écartèrent des deux humains, laissant Castor sous le choc. Il espérait que ce qu'il venait d'entendre n'était pas dû à son imagination. Quant à la Labrador, elle n'osait pas relever la tête et fixait ses pieds avec une gêne sans pareille.

«-Depuis quand ? »

Cette question surprit la jeune femme qui releva la tête et vit que les yeux de l'homme qu'elle aimait étaient cachés par les les verres de ses lunettes.

« -Je... ne sais pas... vraiment. Depuis longtemps, mais... »

Une nouvelle surprise tomba sur la jeune femme. En effet, Castor l'avait enlacé sans prévenir, ce qui la fit encore plus rougir.
« -Moi aussi je t'aime... depuis longtemps. »

Labrador écarquilla les yeux. Elle ne s'attendait pas à une telle réponse ! Folle de joie et sans mots, elle passa ses mains dans le dos de son amour et se serra un peu plus contre lui, le visage collé contre son torse. Après un long moment où les deux amoureux restèrent ainsi, Castor releva délicatement le visage de celle qui l'aimait qui lui faisait un magnifique sourire. Il rapprocha doucement son visage vers celui de la jeune femme, afin de ne pas la brusquer. Leurs lèvres se rencontrèrent d'abord timidement, puis avec un peu plus d'assurance. Enfin, lorsqu'ils se séparèrent, ils se sourirent une nouvelle fois, sous l'attention amusée des fleurs, qui avaient tout fait pour que l'un des deux se déclarent.

Les deux amoureux, qui n'avaient pas remarqué qu'ils étaient observés, s'éloignèrent main dans la main. Comme quoi, être une femme n'était pas si dérangeant...




*Père Castor, raconte-nous une histoire Père Castor ! //SBAM//


Voili voilou ^^ j'espère que ça vous aura plu ;) n'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez :D
Matane,
Setsu <3

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.198.246.116) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Inazuma-et-autres-mangas

    21/01/2017

    Cameby wrote: "Derien :D ah d'accord je vois xD après tout vu que c'est nous qui écrivons on est pas obligé de respecter tout :p ^^

    Mais oui qu'elle idée de s'appeler Castor ou Labrador xD surtout pour des évêques x)

    Oui je veux bien :D
    "

    oui et heureusement XD sinon, ce serait galère --'
    j'avoue X'D d'autant plus que ce sont mes personnages préférés, surtout Labrador :D *^*
    je t'enverrai ça par mp alors ;) <3 <3 <3

  • Cameby

    21/01/2017

    Derien :D ah d'accord je vois xD après tout vu que c'est nous qui écrivons on est pas obligé de respecter tout :p ^^

    Mais oui qu'elle idée de s'appeler Castor ou Labrador xD surtout pour des évêques x)

    Oui je veux bien :D

  • Inazuma-et-autres-mangas

    21/01/2017

    Cameby wrote: "Ooh j'ai aimé :D
    Je ne connais pas ce manga mais il a l'air très intéressant !! J'aime beaucoup le rôle des fleurs et ton écrit est est génial **
    Aussi les prénoms m'ont bien fait rire xD

    Et ta blague de la fin...xD
    "

    Merci beaucoup :D !!!
    je te conseille vraiment ce manga :D par contre, je peux pas dire que j'ai vraiment respecté l'histoire, à part le fait qu'ils sont évêques... j'ai même omis un détail important mais vu que tu l'apprendras dans le manga plus tard... on peut dire que j'ai pas spoilé :D
    moi aussi, la première fois que j'ai entendu les prénoms, j'ai explosé de rire XD
    j'ai bien parodié le générique :D j'adore faire des parodies de chansons x) si tu veux, je t'en dirai quelques unes ;) <3 <3 <3

  • Cameby

    21/01/2017

    Ooh j'ai aimé :D
    Je ne connais pas ce manga mais il a l'air très intéressant !! J'aime beaucoup le rôle des fleurs et ton écrit est est génial **
    Aussi les prénoms m'ont bien fait rire xD

    Et ta blague de la fin...xD

Report abuse