Fanfiction 1 chapitre 4

Ohayo minna!!! Voici le chapitre 4!!! Pour ceux qui ne comprennent pas ce qu'il m'arrive (c'est-à-dire tout le monde sauf une personne), il faut qu'ils sachent que Kirino2-0 m'a fait comprendre avec discrétion qu'elle attendait ce chapitre avec impatience XD. Alors, je lui dédicace ce chapitre ;) !!! Et une dernière recommandation : les âmes sensibles ne doivent surtout pas essayer de découvrir le manga qui a rapport avec le dernier lien. Vous pouvez l'écouter sans problème mais ceux qui n'aiment pas le sanglant ne doivent chercher à le voir. J'espère que ce chapitre vous plaira ^^.

Joy et Kaïra finirent par arrêter de courir quand le blond constata que Kurt n'était plus en vue. Il se tourna donc vers la jeune fille et sans lui lâcher la main, il posa sa deuxième main sur la joue et lui demanda doucement :
"-Donc, que voulais-tu me dire ?
-Euh... ben... bégaya la rousse.Tu ne voudrais pas me lâcher avant ?
-Non.
-Mais...
-N'insiste pas, c'est non.
-Pourquoi ?
-Tu risques de partir sinon."
En fait, ce qu'il ne voulait surtout pas lui avouer, c'était qu'il voulait tout simplement la tenir par la main et pouvoir la regarder dans les yeux. Mais il était bien trop fier pour lui dire ce genre de chose ! Il attendit donc qu'elle lui réponde. Mais Kaïra mit du temps avant de lui donner une explication tant elle était rouge et bégayante. À ce moment-là, Joy trouva qu'elle était mignonne, ce qui le fit rougir à son tour, mais la jeune fille ne le remarqua pas, trop occupée à se demander comment elle allait lui annoncer la chose. Puis elle inspira un bon coup et en le regardant dans les yeux, elle lui dit dit :
"-Je t'aime."
Kurt, qui observait la scène caché derrière un arbre, félicita sa s½ur par la pensée car elle avait enfin réussi à se déclarer. Mais il désespéra quand il entendit Joy ajouter :
-Tu peux répéter ? Tu parlais tellement bas que je n'ai pas entendu.
"-Mais quel crétin celui-là ! pensa le rouquin. Il n'aurait pas pu faire plus attention à ce qu'elle disait ?! En plus c'est lui qui a insisté pour savoir !
-Bon, je recommence... reprit Kaïra. Je t'aime ! redit-elle en criant presque et en fermant les yeux.
-T'as bien compris cette fois ? pensa Kurt comme s'il parlait directement à Joy. Et t'attends quoi pour lui répondre ?"
Mais le pauvre jumeau ne put entendre ce qu'allait dire le grand blond car à ce moment, Mathilde arriva en direction de Kurt pour lui demander un autographe. Déçu, le rouquin partit en courant pour échapper à la jeune fille brune. Les deux français n'entendirent pas en revanche leur amie car le garçon était bouche bée à cause de ce que lui avait dit la rouquine et cette dernière attendait la réaction du premier. Après s'être remis de son choc, Joy ajouta :
"-J'avais donc bien entendu la première fois...
-Non mais tu te moques de moi ? s'écria Kaïra. T'avais dit que t'avais pas compris !
-Tu parlais tellement bas que je croyais avoir déformé tes paroles, se défendit Joy en tournant la tête, les yeux fermés et en croisant les bras.
-Mais... hésita Kaïra, quand on déforme des paroles, ce n'est pas pour entendre ce que l'on veut ?"
Joy rouvrit les yeux, surpris par les paroles de la jeune fille. Et il se sentit rougir. Pourquoi aurait-il voulu que la rousse lui dise qu'elle l'aimait ? Et pourquoi se sentait-il rougir ? Puis il comprit. Il comprit pourquoi il se sentait bizarre quand il était avec elle et pourquoi il se sentait énervé quand il la voyait avec son frère : parce qu'il était amoureux d'elle. Il baissa la tête, honteux de ne pas l'avoir compris plus tôt et fit tomber ses bras en serrant ses poings. La jeune fille bascula sa tête sur le côté, ne comprenant pas la réaction du garçon. Puis, quand elle lui demanda ce qu'il avait, il n'eut que le temps d'ouvrir la bouche quand tout à coup, ils virent Michiko sortir de nulle part, tenant un sabre en bois au-dessus de sa tête. Elle abattit son arme entre les deux français qui firent un bond pour s'éloigner de la jeune fille en furie. Elle retira son sabre qui s'était un peu planté dans le terre et se tourna vers Joy, une aura de colère autour d'elle. Elle lui dit :
"-C'était ton premier et dernier avertissement, commença-t-elle, menaçante. Blesse encore une fois Kirino-chan de cette manière et tu me le paieras, poursuivit-elle en levant son sabre.
-C'est bon, tu peux te calmer, lui répondit Joy, énervé. De toute façon, je comptais aller m'excuser auprès d'elle, tu devrais être contente."
Kaïra écouta Joy, choquée. Il comptait allait s'excuser, lui ?! Et auprès d'une fille en plus ?!
"-Contente ? cria Michiko, contente ? Tu ne sais même pas le mal que tu lui as fait, tu ne sais pas ce qu'elle a vécu et enduré et je devrais contente parce que tu comptes lui dire quelques paroles qui ne pourront pas soigner la blessure que tu as rouverte ?! Mais tu te moques de moi là ?!
-Mais qu'a-t-elle vécu de si horrible ?demanda Kaïra, curieuse après avoir entendue la tirade de la jeune fille blonde.
-la chose la plus horrible qui soit pour un être humain, répondit Michiko d'une voix pleine de tristesse, la tête et le sabre baissés. De tellement horrible que je ne souhaiterais que ça n'arrive à personne, même pas à toi ou à ce crétin de tête rouge qui prétend aimer ma meilleure amie, ajouta-t-elle en regardant avec un air dur le garçon blond.
-Ah ouais, quand même, ne put s'empêcher de dire Kaïra.
-Sinon, reprit Michiko en fermant les yeux, Il y a Kurt qui te cherche pour passer du temps avec toi et je m'occupe des autres. Rendez-vous au château pour décider des activités qu'on va faire, dit-elle en partant."
Elles laissèrent les deux jeunes français perplexes. Qu'avait donc vécu Kirino de si horrible pour en souffrir autant que la laisser entendre la japonaise ? Surtout qu'en la voyant, elle n'avait pas l'air si désespérée...
Tout à coup, Kurt sortit à son tour de nulle part et empoigna sa s½ur tout en continuant à courir car Mathilde le poursuivait toujours. C'est à ce moment-là que Joy se rendit compte qu'il n'avait toujours pas dévoilé ses sentiments à Kaïra. "C'est pas ma journée", pensa-t-il. Il décida donc de retourner au château et d'attendre le moment propice pour lui dire. Mais au moment où il arriva à destination, ils virent les joueurs de Raimon de diriger dans une direction bien précise. Étonné, il décida de les suivre et les retrouva regroupés devant une porte ouverte. Quand il demanda ce qu'il se passait, Kurama lui répondit que Kirino avait été retrouvée évanouie par terre avec des débris de verres près d'elle. Quand il regarda dans la chambre, il remarqua que la jeune reine avait été allongée sur son lit et qu'elle n'avait pas l'air très bien. Près d'elle se trouvait Michiko et les jumeaux, visiblement très inquiets pour elle. Joy se demanda si l'évanouissement de la jeune fille avait un lien avec ce qu'il lui avait dit plus tôt dans la journée. Le reste de l'équipe entra dans la chambre et attendait que la jeune reine se réveille. Cette dernière ne tarda pas à ouvrir les yeux et regarda ses amis. Elle s'assit en portant une main à son front et en gémissant légèrement de douleur. Elle demanda alors ce qui lui était arrivée. Les adolescents lui répondirent qu'ils ne savaient rien. La jeune fille aux cheveux roses réfléchit, puis eut l'air de se souvenir de quelque chose. Elle voulut alors se lever mais elle fut retenue et rallongée par Michiko. Elle la réprimanda, lui disant qu'elle était vraiment insouciante pour essayer de se lever vu son état, qu'elle devrait se reposer et avant que la reine ne lui réponde, elle ajouta que si elle tentait encore une fois de sortir de son lit au lieu de reposer, elle n'irait pas à la Commémoration des Cerisiers le lendemain. Après ces paroles, Kirino se rallongea et demanda à ses amis de la laisser se reposer, en les rassurant qu'elle n'avait rien de grave, qu'elle était juste fatiguée. Peu convaincus, ses amis décidèrent tout de même de partir en direction du salon. Puis Akane demanda à Michiko ce qu'était la Commémoration des Cerisiers. La jeune fille lui expliqua que c'était une fête en la mémoire des Morts, instauré par le grand-père de Kirino lorsqu'il était roi. À la vue des têtes déprimées des jeunes gens, elle s'empressa d'ajouter que ce n'était pas une fête lugubre, mais au contraire une fête où l'on dansait et où il y avait même un concours de chant.
"-Nous nous amusons beaucoup à ce moment de l'année, poursuivit Kurt. Elle dure pendant trois jours : le premier est dédié aux prières, pour que les âmes des défunts restent en paix et qu'elles ne viennent pas embêter les vivants car malheur à ceux qui ne participent pas à la prière pour saluer nos ancêtres alors qu'on leur doit ce qu'on a aujourd'hui. Le deuxième jour est pour les festivités : c'est le jour préféré des enfants car ils peuvent s'amuser comme ils veulent avec tout le monde et donc, avec Kirino. C'est pour ça qu'en général ils attendent ce jour avec impatience. C'est aussi ce jour-là qu'on organise le concours de chant ; il se déroule sous le plus vieux cerisier du village car on dit que toutes les générations précédentes l'ont connu et donc ils peuvent nous entendre. C'est en autre leur prouver que même si elles ne sont plus là physiquement, elles existent toujours dans nos c½urs. D'ailleurs, les trois jours de la Commémoration se passe près de ce cerisier.
-Et le troisième jour ? demanda Midori.
-On l'appelle le Jour des Espoirs, reprit Michiko. Ce jour-là, chaque personne écrit sur une feuille ses rêves, les promesses qu'elle veut tenir et aussi ses confessions. Puis on met toutes les feuilles dans le feu qu'on allume et on prie les âmes des défunts pour qu'ils acceptent de conserver tous nos secrets se trouvant dans nos écrits.
-Incroyable... murmura Caroline.
-Et cette fête a lieu chaque année, poursuivit Kurt, pour garder la protection de nos ancêtres.
-Et elle commence demain, termina Michiko.
-Elle a l'air géniale cette fête ! s'exclama Tenma. J'ai hâte d'y être !
-C'est pour ça que Kirino-sempai n'a pas essayé d'insister tout à l'heure, demanda Hicaru.
-En effet, et...
-Je vous prie de m'excuser, s'incrusta un messager, mais pouvez-vous me dire où je pourrais trouver la reine ?"
Les adolescents se tournèrent vers l'homme qui les interrompait et Kurt lui expliqua qu'elle se reposait et qu'elle ne pouvait pas le recevoir pour le moment.
"-C'est que, insista le messager, mon maître veut une réponse immédiate et il n'aime pas attendre.
-C'est bizarre, mais ça me rappelle deux personnes, dit Isaac en regardant Joy et Kaïra.
-Tiens, à moi aussi, ajouta Kariya en regardant Kurama et Wondaba.
-Pourquoi me regardes-tu comme ça Kurt ? demanda Michiko.
-Pour rien.
-Bon, je vous accompagne pour aller la voir, décida enfin la japonaise aux cheveux d'or. Mais je vous préviens : si elle ne veux pas vous recevoir, n'insistez pas !
-Cela va de soi."
Et ils partirent voir Kirino. Les autres, en attendant le retour de leur amie, décidèrent de parler entre eux. Joy, voyant pour lui une chance de se déclarer, voulut aller voir Kaïra mais à chaque fois qu'il essayait, elle était en pleine conversation. Vraiment, se dit Joy, les filles sont vraiment des
pipelettes !
Au final, lorsque Michiko revint, il n'avait pas pu parler à la jeune fille rousse. Kurt, quant à lui, remarqua que Michiko était pensive. Elle lui expliqua qu'elle avait l'impression que Kirino leur cachait quelque chose. Kurt lui dit alors que si leur meilleure amie avait besoin d'aide, elle leur dirait. Puis les jeunes gens allèrent s'entraîner, se demandant si Nobunaga avait déjà eu le message envoyé par Kirino. L'entraînement se déroula sans encombres, si on excepte l'apparition d'Hiroshi venu demander des nouvelles de la jeune fille aux cheveux roses.
De son côté, Kirino avait essayé de dormir un peu car elle sentait bien qu'elle était fatiguée. Mais elle n'y arrivait pas. D'abord à cause des visites qu'elle n'arrêtait pas de recevoir mais aussi et surtout parce qu'elle avait un mauvais pressentiment : elle avait l'impression que si elle s'endormait, elle ferait un cauchemar... et pas n'importe lequel, ce serait Celui-là. Elle ferma les yeux et pleura en silence. Elle repensait à ce que lui avait dit Joy plus tôt dans la matinée :
 
FLASH BACK
"-Mais pourquoi joues-tu les gentilles filles avec les autres ?
-Je suis comme ça, c'est tout.
-Ah oui ? Moi je vais te dire ce que je pense : je crois que tu n'es qu'une menteuse et tu agis ainsi dans un but bien précis. Et puis d'abord, c'est impossible d'être reine à l'âge de quatre ans. Alors arrête de jouer la comédie !
-Si tu dis ça mais tu ne sais pas ce que j'ai vécu.
-En effet et je m'en moque complètement. Et puis d'ailleurs, je suis sûr que tu l'as mérité ! ajouta le garçon en hurlant."
FIN DU FLASH BACK
 
"Et s'il avait raison, pensa-t-elle. Et si je jouais la comédie inconsciemment ? Peut-on vraiment être heureux après ce que j'ai vu ?"
Et elle revit la scène qui la hantait depuis toujours. Elle prit alors sa tête entre ses mains et hurla de toutes ses forces, comme si cela allait arrêter cette scène qu'elle revoyait en boucle. À ce moment-là, Michiko entra en trombe dans la chambre et vit sa meilleure amie trembler de tout son corps. Elle la prit alors dans ses bras et lui parla doucement pour l'aider à ce calmer. Mais Kirino, pleurant à chaudes larmes sur l'épaule de la jeune fille blonde en la serrant le plus possible, n'arrêtait pas de répéter :
"-Je n'en peux plus... Aide-moi... S'il te plaît aide-moi... c'est trop dur de vivre avec ça...
-Je sais, je sais, lui répondit son amie en lui caressant la tête. Mais je suis là, c'est fini maintenant, ajouta-t-elle en la serrant un peu plus.
-J'ai tellement mal... Pourquoi ces images ne veulent-elles pas me laisser tranquille... Je n'arrive pas à m'en débarrasser... Je t'en supplie... Aide-moi... lui demanda la jeune reine en regardant Michiko avec un regard rempli de larmes et de désespoir."
La jeune fille blonde se mordit la lèvre. Elle détestait voir sa meilleure amie dans cet état. Elle ne savait pas quoi faire pour apaiser sa douleur et s'en voulait car en plus d'être une des personnes qui lui tenait le plus à c½ur, elle était celle qui lui avait offert cette vie qu'elle aimait tant. Elle décida alors de s'allonger auprès de Kirino et de continuer à lui caresser la tête et à lui murmurer des paroles rassurantes jusqu'à ce que ses larmes s'arrêtent. Puis, au bout de longues minutes, cette dernière s'endormit et Michiko décida de la laisser tranquille. Elle repartit vers le terrain où s'entraînaient les autres adolescents. Ils regardèrent la japonaise blonde avec inquiétude et quand ils lui demandèrent pourquoi Kirino avait crié, la jeune fille se tourna vers Kurt et lui dit :
"-Elle a encore fait une crise.
-Quoi ?! s'inquiéta encore plus le rouquin. Et elle va mieux ?
-Pour l'instant, elle dort. Mais je ne sais pas dans quel état elle sera à son réveil. Ce que je peux dire, ajouta-t-elle en lançant un regard noir à Joy, c'est qu'à cause d'un certain blond, sa crise était encore plus forte que d'habitude."
Kurt se tourna alors vers Joy, poings serrés et regard noir qui commença à inquiéter Joy. Le rouquin allait se jeter sur Joy pour lui envoyer coup de poing dans la figure mais sa s½ur le retint par le dessous des épaules. Mais le rouquin hurla en direction du blond :
"-Comment as-tu pu dire une chose pareille à Kirino ?! Elle ne le méritait pas ! Déjà qu'elle doit porter la charge d'être reine mais aussi la douleur des autres alors que la sienne pourrait être remplir le quota de malheur d'au moins dix personnes !
-T'exagères pas un peu là ? lui demanda Kariya, perplexe.
-Oh que non ! Alors je vous préviens, si vous la blessez encore une seule fois, même si vous êtes ses « amis », ce sera votre fête !"
Et Kurt partit en direction du château, suivi de près par Kaïra qui n'aimait pas voir son frère dans cet état. Caroline, quant à elle, était figée sur place. Lorsque Mathilde lui demanda ce qui lui arrivait, elle répondit :
"-Il a dû vraiment se passer quelque chose d'horrible à Kirino car Kurt a toujours été plutôt calme et joyeux, sûrement pas du genre à s'énerver. C'est d'ailleurs la première fois que le vois aussi en colère.
-D'un autre côté, la coupa Isaac, ça fait sept ans que tu ne l'as pas vu.
-Moi aussi c'est la première fois que je le vois s'énerver comme ça, intervint Michiko.
-En gros, alerte rouge, résuma Kariya. Bon Isaac, je crois qu'il va falloir repousser les blagues pour une autre fois.
-Je crois aussi. Et puis de toutes façons, on ne sait pas qui a gagné le pari.
-Quel pari ? demanda Mathilde.
-Oh, rien, répondit les deux complices en se faisant un clin d'½il."
Et les deux compères s'en allèrent pour réfléchir à d'autres blagues. Puis, au moment où les autres adolescents allaient se tourner vers Joy, ils remarquèrent qu'il n'était plus là. Ce dernier était parti faire un tour pour se changer les idées, en vain. Il se demandait ce qui s'était passé pour que Kirino soit à ce point marqué. Ça a peut-être un rapport avec ses parents, pensa-t-il. Après tout, je ne les pas vus depuis notre arrivé ici et si elle est reine... il faut l'avouer Joy, parfois tu te comportes comme un imbécile, se reprocha-t-il en baissant la tête, honteux. Mais il fut rapidement sorti de ses pensées quand il vit un éclair argenté s'abattre à côté de lui. Énervé, il cria :
"-Mais ce n'est pas possible ! C'est quoi cette manie de vouloir me frapper ici !
-Tu as osé faire du mal à ma Kirino, répondit la voix qu'il reconnut comme étant celle d'Hiroshi. Je ne te le pardonnerai jamais, poursuivit-il en fonçant sur le blond, épée en main." Sa cible réussit à lui échapper de justesse mais le prince se reprit rapidement et le blessa au bras. Joy tint son bras blessé et esquiva une nouvelle fois l'attaque de l'enragé aux cheveux rouges. Mais le blond se colla à un arbre et Hiroshi se mit en face de lui. Il était donc coincé, surtout qu'avec son bras, il ne pouvait pas faire grand-chose. Puis l'assaillant leva son arme au-dessus de sa tête et lui dit :
"-Vas en Enfer !"
Mais, au moment où il allait abattre son arme sur son prisonnier, son épée se cogna contre une sorte de bouclier. Il reconnut alors Kirino, qui avait crée ledit bouclier. Il rangea alors son arme et la jeune reine fit disparaître la bulle protectrice. Elle jeta alors un regard sévère au prince et lui dit sèchement :
"-Prince, aurais-je dû, par hasard, préciser que si vous vous attaquiez à mes amis ou tout autre personne, vous devriez aussi quitter ce royaume ?
-Mais... voulut se justifier Hiroshi.
-Pas de mais ! cria Kirino, en colère. Appelez vos hommes et partez tout de suite ! Je ne veux plus vous voir. À croire que finalement, vous ne changerez jamais. Bon voyage, prince. Mes salutations à votre père le roi."
En colère, Hiroshi partit. Puis Kirino, calmée, se tourna vers Joy et regarda sa blessure. Ce dernier s'aperçut alors que les yeux de la jeune fille étaient rouges à force d'avoir pleuré. Ce qui le fit sentir plus mal encore. Une douce lumière blanche s'échappa de la main de Kirino qui était placée au-dessus de la blessure qui se referma au bout de quelques secondes. Mal à l'aise, Joy la remercia et s'excusa maladroitement pour ce qu'il avait dit plus tôt, qu'il ne le pensait pas. D'abord étonnée, la jeune fille aux cheveux roses lui répondit par un doux sourire tout en lui disant que ce n'était pas grave. Mais le garçon blond n'en était pas aussi sûr. Puis ils allèrent rejoindre leurs amis qui furent soulagés de la voir avec un vrai sourire joyeux.
Les jumeaux, de leur côté, comme ils n'avaient pas trouvé la reine, étaient allés dans la bibliothèque. Kurt alla s'asseoir et prit sa tête entre ses mains. Sa s½ur se mit à côté de lui et demanda ce qu'avait vécu Kirino de si horrible. Son frère lui répondit :
"-Ce n'est pas à moi de raconter cette histoire ou du moins pas sans son accord. Tout ce que je peux te dire, c'est que c'est bien pire que lorsque tu croyais que j'étais mort.
-Je vois..."
Puis il se mit à pleurer. Émue, Kaïra le prit par les épaules et tenta de le réconforter.
"-Elle ne le méritait pas, murmura-t-il mais assez fort pour que sa s½ur l'entende. Elle est tellement gentille et tellement courageuse... je n'arrive pas à croire qu'elle puisse encore sourire et faire confiance aux autres après ça... et après tout ce qu'elle a fait pour moi, je ne peux même pas l'aider à soulager sa peine...
-Tu veux que je te dise ? lui dit doucement sa s½ur. Je pense que le fait tu sois à ses côtés suffit à la soulager.
-Tu crois ? lui demanda le garçon en levant les yeux vers sa s½ur et en les essuyant.
-Bien sûr ! Même si avoir un pleurnichard auprès de soi n'arrange pas toujours, ajouta-t-elle en lui faisant un clin d'½il.
-Je suis peut-être un pleurnichard, répliqua-t-il avec un sourire espiègle, mais moi au moins je dis ou je montre aux autres ce que je ressens !
Après cette réponse, la jeune fille rousse rougit de plus belle.
-Alors ? lui demanda son frère. Il t'a répondu quoi la deuxième fois ?
-La deuxième fois ? Une minute... tu nous as espionnés ?
-Quoi ? Non ! Disons que j'observais pour savoir si je devais intervenir à un quelconque moment pour t'aider. Mais après que tu lui ais dit la deuxième fois, Mathilde est arrivée et j'ai dû partir pour lui échapper.
-Je vois... Il n'a rien répondu car Michiko est arrivée armée d'un sabre en bois.
-Ça ne m'étonne pas d'elle ! Et si on allait rejoindre les autres ? Ils savent peut-être où se trouve Kirino.
-Bonne idée."
Et les jumeaux partirent pour retrouver leurs amis. Là-bas ils furent soulagés de voir Kirino souriante, comme d'habitude. Lorsque les deux Maltek furent à proximité des autres, la jeune reine déclara :
"-Les amis, j'ai une grande nouvelle à vous annoncer.
-Joy s'est excusé ? lui demanda Michiko.
-Euh, oui, mais ce n'était pas ça que je voulais dire.
-Ah bon ? C'est pourtant une bonne nouvelle !
-Et celle qui suit va te rendre folle de joie. J'ai demandé au prince Hiroshi de quitter le pays.
-Génial ! Mais pourquoi ?
-Il a essayé de tuer Joy.
-Pour une fois, je crois que je l'aurais soutenu mais bon, tant qu'il part, ça me va.
-Euh, commença Kurt, étonné par la dernière réplique de son amie, et si on allait au village pour aider à préparer la Cérémonie des Cerisiers ?
-Bonne idée, l'approuva Kirino. Qui me suis ?"
Et les joueurs de Raimon et de Saint-John allèrent au village avec le trio de grands amis. Les villageois, heureux de voir leur reine, les invitèrent pour le repas et passèrent le reste de la journée à s'occuper des préparatifs de la fête. Lorsqu'ils eurent terminés, tous furent exténués. Cependant, quand les adolescents allèrent au château, Michiko retint Kirino. Étonné, Kurt resta aussi. La jeune fille blonde demanda alors à sa meilleure amie :
"-Que voulait le messager de ce matin ? Quand il est arrivé, tu avais l'air encore plus bizarre que lorsque tu t'es réveillée.
-Il m'avait demandé de répondre à un message important le plus rapidement possible.
-Et de quoi parlait le message ? demanda Kurt à son tour.
-Je suis désolée, mais l'expéditeur veut que le message reste confidentiel.
-Mais tu peux tout nous dire, tu le sais bien !
-Je sais, ne t'inquiète pas ! C'est juste que dans le message il était écrit que je devais être la seule au courant, c'est pour ça.
-Menteuse ! Et ne dis pas le contraire ! Chaque fois que tu mens, tu fais cette tête !
-S'il te plaît, insista Michiko, on est tes amis et on veut t'aider. On n'aime pas te voir comme ça.
-Michiko... Kurt... Mes amis, dit Kirino avec les larmes qui commençaient à apparaître au coin des yeux. Je suis désolée, ajouta-t-elle en baissant la tête, je... non, je... Non je ne peux pas !"
Et elle partit en courant en direction du château. Ses meilleurs amis, inquiets et dépassés par la réaction de la jeune fille, se regardèrent dans les yeux, comme s'ils pouvaient trouver la réponse qu'ils cherchaient dans le regard de l'autre. Puis, en soupirant, ils prirent le chemin pour aller au château.
Kirino s'était allongée sur son lit. Elle pleurait encore une fois. Elle voulait tout leur dire, ce que contenait la lettre, ses peurs face à la réaction de l'expéditeur quand il lirait sa réponse. Car elle avait répondu... Mais était-ce la meilleure solution ? Répondre ce genre de chose, à Lui... Lui qui avait tout détruit : son enfance, son c½ur insouciant et surtout... surtout...
"-Pourquoi vient-il me hanter après toutes ces années ? se dit-elle à voix haute, Et pourquoi maintenant ? Ne croit-il pas qu'il en a assez fait ? Je vous en prie, dites-moi ce que je dois faire, supplia-t-elle en regardant le tableau."
Puis elle s'endormit, après avoir essayé de se persuader que tout se passerait bien le lendemain, comme si la journée qui venait de s'écouler n'était qu'un mauvais cauchemar passager.
De son côté, Joy désespérait. En effet, durant toute la préparation de la Cérémonie des Cerisiers, il avait essayé de l'aborder mais quand il tentait sa chance, soit elle était appelée autre part, soit elle n'était pas seule, c'est-à-dire avec Kurt... Il commençait à l'énerver
celui-là ! Toujours trop près de Kaïra ! Il avait beau être son frère jumeau et ne pas l'avoir vu pendant des années, ce n'était pas une raison pour la coller tout le temps ! Ou peut-être que si en fait... Mais pourquoi réagissait-il de cette manière ? Était-il... jaloux ? "Mon pauvre Joy, se dit-il, tu deviens complètement marteau et ridicule ! Tu essaieras de lui parler demain."
Et il s'endormit sur cette pensée encourageante.
Le lendemain, les invités de la reine furent réveillés à l'aube pour se rendre devant le plus vieux cerisier du village. Il se trouvait à l'autre bout du village, sur une colline. Au pied de l'arbre ancien se trouvait une petite estrade en bois. Kirino avec ses meilleurs amis étaient debout sur l'estrade, en train de regarder les villageois, les soldats et le groupe d'adolescents arriver. Kirino arborait son doux petit sourire habituel, Michiko avait l'air de faire la tête, pour ne pas changer et Kurt avait son grand sourire sur les lèvres. Les villageois s'installèrent à genoux en bas de la colline, prêts pour commencer la prière. Une fois que tout le monde était prêts, les trois personnes debout sur l'estrade se tournèrent vers le cerisier. Puis Kirino commença à réciter la prière :
"-Esprits de nos ancêtres, entendez nos prières afin qu'elles vous aident à surmonter les dangers de l'au-delà, vous protègent et ainsi, vous permettent de continuer à exister dans le bas monde, même si votre enveloppe corporelle ne sont plus. Que ces prières apaisent les Esprits assoiffés de vengeance, les Esprits en colère et redonnent le sourire à Ceux qui sont tristes et qui ont besoin d'aide. Je vous en prie, protégez nos enfants afin qu'à leur tour, ils connaissent une vie remplie de joie et de paix. Que ce que vous avez fait pour nous et avant nous ne soit jamais oublié. Soyez en paix."
Et les autres personnes présentes répétèrent en ch½ur la prière que venait de réciter la reine. Sauf les nouveaux arrivants qui ne la connaissait pas. Ils la répétèrent durant toute la matinée. Puis, après le repas, chaque personne allèrent devant la tombe d'une personne qu'il connaissait afin d'apaiser l'âme du défunt. Ils firent ça jusqu'à la tombée de la nuit. Les footballers, fatigués, prirent le repas en silence. Mais au bout d'un moment, Hicaru demanda :
"-Au fait sempai, pourquoi on ne vous a pas vu cet après-midi ?
-Oui et pourquoi on a passé toute la matinée à réciter la même prière ? se plaignit Kariya.
Kurt et Michiko leur lancèrent des regards réprobateurs. Mais Kirino leur expliqua :
-Pour ce qui est de cet après-midi, il fallait que je passe voir plusieurs tombes, dit-elle avec tristesse. Pour ce qui est de la prière, certaines âmes n'ont jamais de visites. Réciter plusieurs fois la prière leur permet de tenir jusqu'à l'année prochaine.
-En tout cas, je trouve que c'est une tradition intéressante, ajouta Shindou.
-Toi de toute façon, dès qu'il y a une chose qui plaît à Kirino, ça te plaît, s'incrusta Hamano.
-Non, pas forcément,contredit l'interpellé. Pourquoi tu dis ça ?
-Oh arrête Shindou ! Fais pas l'innocent ! On a tous remarqué que t'avais le béguin pour Kirino et que tu fais tout pour lui plaire ! ajouta Hayami ce qui fit rougir les deux intéressés.
-N'importe quoi ! se défendit Shindou.
-Voyons Hayami ! Tu sais bien que Shindou n'a pas le béguin pour Kirino... commença Kurama.
-Merci Kurama, lui dit le jeune homme brun.
-... mais qu'il est fou amoureux d'elle ! le taquina le garçon aux cheveux bleu ciel ce qui fit rire la plupart des adolescents sauf Kirino et Shindou qui rougissaient de plus belle et Michiko et Kurt qui observaient le jeune japonais, étonnés."
Le reste de la soirée se passa dans la bonne humeur, entre les descriptions de matchs joués et les allusions implicitement citées mais compréhensibles par tout le monde sur les sentiments de l'ex capitaine des Raimon envers la jeune reine. Puis, quand ils allèrent se coucher, Kirino accompagna Shindou jusqu'à sa chambre car elle devait passer devant celle-ci pour aller dans la sienne. Ils restèrent un petit moment seuls sans se parler ni se regarder car ils étaient toujours mal à l'aise à cause des taquineries de leurs amis durant la soirée. Au bout d'un petit moment, Shindou, le rouge aux joues, fit de son mieux pour articuler :
"-Bon ben... bonne nuit.
-Oui... bonne nuit, répondit Kirino qui était dans le même état que lui. Fais de beaux rêves.
-Merci... toi aussi... et, euh... si tu as besoin de te confier à quelqu'un, n'hésite pas.
-Oui, merci... à demain."
Et après ses dernières paroles, Kirino prit son courage à deux mains et embrassa son interlocuteur sur la joue, ce qui eut pour effet de faire accélérer les battements de c½ur du jeune homme. Quand à la jeune fille, elle partit en direction de chambre, son c½ur battant aussi vite que possible. Les deux adolescents eurent beaucoup de mal à trouver le sommeil cette nuit-là.
Le lendemain, les adolescents ont, pour leur plus grand bonheur, pu dormir plus longtemps que la veille. Et lorsqu'ils arrivèrent au village, ils furent émerveillés : les maisons étaient décorés de fleurs multicolores, des banderoles couvertes de calligraphies étaient accrochées dans tout le villages et le sols étaient couverts de pétales. Lorsque les derniers attendus répondirent présents, la fête commença. Tout le monde dansait, riait, s'amusait, chantait, des musiciens accompagnaient le tout avec des musiques joyeuses. On pouvait respirer la bonne humeur des habitants. Ceux qui ne voulaient pas danser écoutaient les plus âgés raconter les premières Cérémonies du Cerisier. Puis, en début d'après-midi, le concours de chant commença. Il y avait dix participants et un thème : faire allusion à la nature, peut importe sous quelle forme ou le nombre de fois qu'elle apparaissait. Le vainqueur serait choisi par trois jurys qui étaient Michiko, un soldat et un villageois et les spectateurs pouvaient voter pour leur chanson préférée. Kurt ouvrit le bal avec une chanson intitulée L'infante du mal.
Sa chanson fut beaucoup appréciée. Les autres participants donnaient tout ce qu'ils avaient mais ils eurent du mal à le surpasser. Puis Kirino, qui était la dernière participante car les villageois voulaient à tout prix qu'elle y participe, se mit devant le vieux cerisier avec dans ses mains une boîte à musique. Elle éblouissait tout le monde car pour commencer, elle avait changer de tenue ; en effet, les rubans de ses cheveux, habituellement bleus, étaient blancs, elle portait un kimono blanc avec des fleurs de cerisiers comme motif et un obi vert pomme. Cette tenue lui avait été confectionnée par le tailleur du village qui voulait à tout la voir avec ce jour-là. Enfin, pour compléter sa tenue, elle portait un diadème doré serties de pierres précieuses blanches et roses. Elle était magnifique et la chanson qu'elle avait choisi enchanta tout le monde. Elle ouvrit la boîte à musique et la mit en route.
Durant toute la chanson, elle fit des gestes gracieux qui la fit ressembler à un ange. Et vers la fin de la chanson, le soleil, situé derrière elle, dessinait une sorte d'auréole autour d'elle et le vent fit voler doucement autour d'elle des pétales de fleurs de cerisiers. Elle gagna donc le concours de chant haut la main, suivit par Kurt, ce qui la gêna beaucoup et demanda timidement si elle n'avait pas gagner parce qu'elle était la reine, sous les rires et les regards attendris des autres. Puis ils reprirent la fête qui dur a jusqu'au milieu de la nuit. Les footballers, qui avaient adoré la fête, se couchèrent en se demandant comment allait se dérouler le troisième jour de la Cérémonie. Cependant, Kurt, qui n'arrivaient pas à s'endormir, se balada dans le château et il trouva Michiko accoudée sur un balcon, les yeux levés vers la lune. Il alla la voir et remarqua qu'elle avait l'air inquiète.
"-À quoi penses-tu ? lui demanda son ami.
-J'ai l'impression que Kirino-chan nous cache quelque chose, répondit-elle en soupirant. J'aimerais tellement l'aider.
-Oui, moi aussi. Elle a beau dire qu'elle nous fait confiance, je pense qu'elle ne s'est pas totalement remise de son choc.
-Tu as sûrement raison. Si on pouvait trouver un moyen pour la guérir et lui faire oublier ce jour-là.
-Ce serait génial. Malheureusement, à part être à ses côtés, on ne peut pas faire grand chose.
-Allez, courage ! On trouvera bien une solution, ajouta Michiko avec un petit sourire encourageant.
-Oui, ne perdons pas espoir. Au fait Michiko, dit Kurt qui était en train de partir, tu sais que tu es déjà jolie en temps normal mais tu es encore plus mignonne quand tu souris, ajouta-t-il en se retournant et en lui souriant. Bonne nuit.
-Bo... bonne nuit, bégaya Michiko en rougissant.
Puis, après avoir essayé de se calmer, la jeune fille blonde alla dans sa chambre et mit un peu de temps à s'endormir."
Le jour avait déjà montré le bout de son nez depuis un petit moment lorsque les footballers avaient fini leur petit-déjeuner. Puis, lorsqu'ils virent que la reine et ses deux amis d'enfance partirent en direction de la forêt avec des villageois, Michiko leur expliqua qu'ils allaient chercher du bois mort pour le feu prévu pour le soir-même. Ils décidèrent donc de les accompagner pour les aider. Tout se passa bien hormis le fait que Kariya et Isaac s'amusaient à lancer des brindilles dans les cheveux de Kaïra qui leur courrait après sous le regard amusé et les rires de tout le monde. Une fois qu'ils eurent assez de bois, ils firent une pyramide quelques mètres devant le vieux cerisier. Satisfaits du travail fourni, tous prirent un repas dans le village qui se finit en bataille de nourriture lorsque deux adolescents lancèrent le contenu de leurs assiettes sur deux chevelures rousses qui ne tardèrent pas à riposter.
Enfin, une fois que les footballers eurent réussi à arrêter leurs camarades, deux villageoises distribuèrent des feuilles avec des pinceaux et de l'encre noire pour écrire ce qui allait être mis au feu. Elles précisèrent d'ailleurs que des rêves étaient écrits sur les feuilles ne devaient pas être révélés, sinon ils ne se réaliseraient pas. Chacun se mirent à écrire sauf Joy qui ne savaient pas quoi mettre. Il regarda tout autour de lui et vit Kurt apprendre à sa s½ur comment écrire avec un pinceau. "Kaïra, se dit-il, oserais-je marquer..."
Il sentit le rouge monter aux joues mais se reprit rapidement et se mit à son tour à marquer quelque chose sur la feuille. Puis tous plièrent leurs feuilles et Isaac voulut savoir ce qu'avait marqué Joy. Il reçut pour toute réponse le regard le plus meurtrier de ce dernier. Et avant de rendre les pinceaux et les encres, les deux compères farceurs avaient dessiné sur le visage de Roch qui s'étaient endormi. Enfin, le soir arriva. Les enfants, qui attendaient avec impatience ce moment, étaient pour la plupart retenus par les épaules afin d'éviter qu'ils s'approchent trop près du feu. Kirino, qui portait la même tenue que la veille, au grand bonheur du tailleur et du joaillier qui en fait, avait crée la couronne assortie à la tenue, tenait un flambeau dans les mains. Michiko, dont le kimono était bleu nuit et son obi vert et Kurt, qui avait un haut bleu nuit et son bas vert, tenaient aussi des flambeaux. Michiko s'était placée à la gauche de la reine et Kurt à sa droite.Tous trois souriaient et attendaient patiemment que tout le monde soit présent. Une fois fait, tous posèrent chacun leur tour leur feuille dans le bois. Ce fut Kirino qui fut la dernière à poser la sienne. Puis Michiko commença d'une voix calme et forte :
"-Que nos écrits soient accueillis et protégés par nos ancêtres qui de là-haut, nous observe.
-Que les péchés qui ont été marqués sur ces feuilles soient purifiés et permettent à leurs auteurs de repartir à zéro, poursuivit Kurt.
-Et que les rêves qui rejoindront dans peu de temps nos défunts soient réalisés grâce à la clémence de ces derniers, termina Kirino."
Puis, d'une parfaite synchronisation, ils jetèrent les flambeaux sur la pyramide de bois. Tout le monde cria de joie et quelques villageois se mirent en cercle pour danser et tourner tout autour du feu. Mais dans la précipitation, des villageois prirent les mains de Kaïra et Joy qui n'eurent pas la joie de tenir la main de l'autre, ce qui firent rire Isaac et Kariya qui se calmèrent après un coup sur la tête offert par un certain rouquin. Plus tard dans la soirée, lorsque Joy et Kaïra eurent réussir à se délivrer de la ronde, le garçon emmena la jeune fille un peu à l'écart de la fête pour pouvoir lui parler. Une fois seuls, Joy se plaça en face de la jeune fille rousse et prit une grande inspiration pour trouver le courage de lui parler. Cette dernière le regarda avec curiosité. Que voulait-il lui dire de si important ? Est-ce que ça avait un rapport avec sa déclaration de l'autre jour ? En pensant à ça, son c½ur se mit à battre la chamade. Qu'allait-il lui répondre ?
"-Je... je t'aime... aussi, bégaya Joy mais assez fort pour que la française puisse le comprendre."
Et le silence s'installa, aucun des deux n'avaient le courage de le briser. Pourtant, au bout de quelques minutes, Kaïra, la tête baissée, lui demanda :
"-Tu... tu peux répéter ? Je n'ai pas bien entendu."
Joy la regarda, surpris. Il avait pourtant parlé fort, alors pourquoi disait-elle qu'elle n'avait pas entendu ? Il prit donc son visage entre ses mains pour le voir et remarqua alors qu'un grand sourire moqueur ornait le visage de son interlocutrice. En fait, elle se payait de sa tête ! Pour toute réponse, Joy rapprocha son visage de celui de sa douce rancunière et colla ses lèvres sur celles de la jeune fille qui, surprise par cet acte, le laissa faire. Puis, lorsque les deux amoureux n'eurent plus d'air, ils se séparèrent, à regret. Et avec un ton qui se voulait sérieux mais dans lequel on y discernait de l'humour, le blond demanda :
"-Tu as bien compris, cette fois ?
-Je ne sais pas, réessaye pour voir ? lui répondit la rousse avec malice."
Ils reprirent donc leur baiser, en l'approfondissant. Tout à coup, il entendirent le bruit d'un appareil photo. Ils se tournèrent donc vers le fameux et virent Kariya, Isaac et Akane qui avait son appareil photo entre ses mains. Les tourtereaux, rouge de gêne, se mirent à la poursuite des trois paparazzis pour effacer la photo prise. Ils se retrouvèrent donc dans la fête et ils virent qu'elle se terminait. Et lorsque les adolescents retournaient dans la salle à manger du château, ils trouvèrent une boîte avec un mot qui disait que la boîte était un cadeau pour la reine. Surprise, elle la prit dans ses mains et vit que c'était une boîte à musique. Mais en l'observant, elle fut pétrifiée. D'une main tremblante, elle fit tourner le mécanisme et l'ouvrit. Une musique douce et triste en sortit.
En entendant cette mélodie, Kirino, sous les regards surpris des autres, entra dans une torpeur. Ses yeux semblaient vides mais terrorisés en même temps. Ils fixaient la boîte mais par la même occasion elle ne semblait pas la voir. Des larmes coulèrent sur ses joues et elles s'écroula par terre, lâchant la boîte à musique qui continua à jouer. La jeune reine se recroquevilla, toujours dans le même état. Ses deux meilleurs amis se précipitèrent vers elle et la secoua pour essayer de la sortir de sa torpeur, mais en vain. Car ce qu'ils ne savaient pas, c'est qu'elle revivait le jour qu'elle maudissait tant. Pas de la même manière que d'habitude où elle revoyait juste les images, mais elle ressentait ce qu'elle avait touché, elle entendait les cris qu'elle avait entendu et surtout elle le revoyait, Lui... il avait ouvert cette boîte à musique avant de passer à l'acte, de faire son crime tellement horrible où elle avait failli faire parti des victimes. Oui. Elle revoyait ce jour-là, le pire jour de sa vie, celui qui avait d'elle la future reine de son royaume, celui qui était l'anniversaire de sa mère, c'était :
Le jour où sa famille fut assassinée sous ses yeux par cet Homme en qui elle avait eu tellement confiance. Cet homme... c'était son oncle Katsurou, le frère de sa mère.

Voili voilou :D !!! J'espère que ce chapitre vous aura plu!!! Kiffez et commentez s'il vous plaît, que je sache ce que vous en pensez!!!
Matane,
Setsu <3


Chapitre 3                                                                                                                                                       Chapitre 5


Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.198.246.116) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Inazuma-et-autres-mangas

    01/01/2017

    Picardie-Histoire wrote: "Un petit espace au dessus et en dessous de "Flash Back" et la lecture serait meilleure mais elle est toujours agréable à suivre ton histoire. ^^"

    je vais ajouter alors ^^ merci beaucoup :D!!! <3 <3 <3

  • Picardie-Histoire

    01/01/2017

    Un petit espace au dessus et en dessous de "Flash Back" et la lecture serait meilleure mais elle est toujours agréable à suivre ton histoire. ^^

  • Inazuma-et-autres-mangas

    04/07/2016

    Kirino2-0 wrote: "Alors à quand la suite ? n_n"

    je la poste dès que je peux. Pour l'instant il y a des articles que je dois absolument préparer. Mais je m'en occupe, ne t'inquiète pas ;). En attendant, veux-tu participer à mon sondage ^^ ??? (voir le dernier article dans "Autres" de mon sommaire) <3 <3 <3

  • Kirino2-0

    04/07/2016

    Alors à quand la suite ? n_n

  • Inazuma-et-autres-mangas

    26/04/2016

    Kirino2-0 wrote: "À quand la suiiiiiite ??? n_n"

    pas pour tout de suite, désolée ^^' !!! Mais tu seras la première à être prévenue, ne t'inquiète pas ;) <3

  • Kirino2-0

    26/04/2016

    À quand la suiiiiiite ??? n_n

  • Inazuma-et-autres-mangas

    03/04/2016

    Kirino2-0 wrote: "Ok ok ... *chuchote : meussante ...*"

    Mais j'ai une autre fanfic en cours!!! J'essaie d'équilibrer le temps sur chaque et là j'ai passé tout mon temps sur le chapitre 5... Je fais ce que je peux TT3TT

  • Kirino2-0

    03/04/2016

    Ok ok ... *chuchote : meussante ...*

  • Inazuma-et-autres-mangas

    03/04/2016

    Kirino2-0 wrote: "Et t'as oublié le titre ..."

    Et oui j'ai vu juste après ^^'. Mais je voulais tellement me dépêcher pour le poster que j'ai pas fait gaffe... Alors c'est ta faute d'abord XD (je plaisante) !!! <3

  • Inazuma-et-autres-mangas

    03/04/2016

    Kirino2-0 wrote: "Ah ouais quand même ... c'est un méchant tonton ... sinon à quand la suiiiiiite ? n_n"

    T'as vu ça??? #GrosseSadique.
    Et je sais pas. J'ai même pas encore commencé le chapitre 6 je te rappelle!!! J'ai voulu finir le chapitre 5 le plus rapidement possible pour te faire plaisir mais quand... Laisse-moi un peu de temps onegai >.< !!! <3

Report abuse